Voyage au Sri Lanka : prologue

Avant le départ

Lors de notre préparation à notre premier grand voyage, nous avons passé énormément de temps à écumer les différents blogs de voyageurs, sites de baroudeurs et autres sources de conseils et astuces. L’idée étant de rassembler des informations précieuses afin de partir sereins et parés à un maximum d’éventualités.

C’est dans cette optique que je me suis décidée à partager ici l’expérience de notre voyage. Un séjour de deux semaines, c’est difficile à synthétiser ; c’est pourquoi j’ai divisé mon récit en quatre parties, avec quelques photos choisies, prises directement de mon album public dédié au Sri Lanka.

Feuille de route Sri Lanka
Image originale de cette jolie carte trouvée sur le site feelsrilanka.com

La feuille de route

Nous avons choisi dés le départ de passer ce séjour en mode « backpacking » (routard) et c’était notre toute première expérience en la matière.
Il existe plusieurs sites dédiés à ce mode de voyage, alors plutôt que de répéter ici la tonne d’informations utiles que nous y avons trouvée, je listerai et catégoriserai en fin d’article les liens vers les pages qui nous ont été d’une grande utilité. Ci-contre, la feuille de route initiale : après avoir choisi les activités et visites que nous avions envie de faire, nous avons estimé le nombre de journées à passer dans chaque ville.

Des informations utiles :

– Nous nous sommes beaucoup appuyés sur les informations fournies par Lonely Planet* et Wikitravel*. Ces livres/sites contiennent pléthore d’informations intéressantes sur la culture du pays, les distances, les moyens de transport, les coups de coeur, les événements selon les périodes, etc. Attention, la date d’édition du livre implique clairement que certains informations comme les ordres de prix sont à titre indicatif mais pas forcément à jour. Le Lonely Planet nous a tout de même permis de nous donner une première idée des tarifs sur place pour constituer notre budget global.

Côté santé, pensez à vos (rappels de) vaccins. Ne vous y prenez pas au dernier moment : certains vaccins nécessitent une ou plusieurs injections avec une certaine durée d’intervalle, prévoyez large ! Ils sont très importants, n’hésitez pas à consulter le site de l’Institut Pasteur et à téléphoner au Service des Maladies Infectieuses et Tropicales (SMIT) pour vous assurer que vous avez pris toutes les dispositions nécessaires (Hépatite A, typhoïde, anti-palu, trousse de soins, antibiotiques, etc.) On s’était interrogé sur la nécessité du vaccin antirabique : sachez que les médecins du SMIT sont les mieux placés pour répondre à vos questions.

Note aux personnes qui souhaitent prendre un traitement préventif antipaludéen : on a lu et entendu beaucoup de choses sur les effets indésirables de ces médicaments. On a suivi le conseil général, à savoir : n’acheter que la marque Malarone, prendre les comprimés à intervalle régulier et pendant le repas estimé le plus copieux de la journée (la molécule est liposoluble, vous ne l’absorberez qu’en mangeant « gras ») et nous n’avons subi aucun des effets secondaires. Le tarif de ce médicament est libre alors n’hésitez pas à comparer les prix dans plusieurs pharmacies (la durée du traitement se prolonge jusqu’à une semaine après le retour de voyage, donc ça constitue un budget considérable).

– Si vous voyagez souvent, si vous vous connectez régulièrement sur le web et si vous ne l’avez pas encore fait, je vous recommande d’investir dans un mini routeur sans fil (type MiFi). Il suffit d’acheter une SIM de l’opérateur local de votre choix (à vous de faire un peu de recherche selon votre feuille de route pour déterminer lequel fournit une meilleure couverture réseau 3G ou 4G. On a opté pour Etisalat) avec une recharge « data » prépayée. Idéal quand on est à l’extérieur pour retrouver une adresse, relire des infos sur le lieu que l’on visite, quand l’hôtel ou la Guest Housse ne fournit pas le Wi-Fi (ou alors que la connexion est extrêmement lente) ou bien tout simplement, pour faire des recherches alors qu’on est attablés au restaurant. Testé et approuvé en Angleterre, au Portugal et au Sri Lanka.

Des liens utiles :

Quel sac-à-dos choisir ?

Après des mois d’hésitations (« doit-on acheter de la marque spécialisée et super chère comme l’Osprey Farpoint 55* ? »), nous avons finalement opté pour des sacs-à-dos Decathlon qui ont parfaitement fait l’affaire. Modèle Forclaz 40L pour moi, et un Forclaz 50L pour lui. Je n’ai pas osé prendre plus grand de peur de charger trop de poids sur mon dos, je pense que j’aurais pu prendre un 50L, ça m’aurait évité quelques heures de casse-têtes à essayer d’y faire contenir toutes mes affaires . Le critère principal pour l’achat de mon sac était « je veux qu’il s’ouvre de haut en bas. Mention spéciale pour le vendeur du rayon montagne et sac à dos du Decathlon de Madeleine, qui est très sympa et de bons conseils : il connaît très bien les gammes de son rayon.

Indispensable pour partir zen :

  • Avoir payé son ETA* et imprimé son mail de confirmation (à garder avec le passeport).
  • Avoir une version scannée numérique de vos documents : passeport, carte d’identité.
  • Quand on part à plusieurs, on peut garder une version imprimée du scan du passeport des autres voyageurs.
  • Garder à disposition les coordonnées de l’ambassade de France.
  • Pour le trajet (à plusieurs) en avion, dispatcher les vêtements, affaires de toilette et médicaments au cas où l’un des bagages se perdrait en chemin. Histoire que chacun ait de quoi s’habiller, se laver, se soigner au moins les premiers jours, le temps de récupérer le bagage manquant.
  • Prévoir des t-shirts blancs (qui couvrent les épaules, pas des débardeurs) pour les visites dans les sites religieux. Ce geste sera apprécié par les locaux.
  • Prévenir l’État de votre départ (optionnel) en s’inscrivant sur Ariane et y désigner une personne à prévenir en cas d’urgence.
  • Avertir sa banque que l’on part en voyage au Sri Lanka pour ne pas se retrouver avec une carte bloquée (suite à des retraits d’argents qu’elle aura considérés comme suspicieux).
  • Noter les coordonnées de l’assistance medicale (dont vous bénéficiez avec une carte visa ou master card) pour tout souci de santé une fois sur place.
  • Noter les numéros d’urgence locaux (police, pompiers, etc.)
  • Se renseigner sur l’actualité Sri Lankaise (la sécurité) avant de partir.

Que mettre dans son sac-à-dos ?

Hotel ou Guest House ?

Encore de la lecture

* lien en anglais
Ce contenu a été publié dans Voyage, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Voyage au Sri Lanka : prologue

  1. pascaline dit :

    Salut ! Encore moi (hahaha!)
    En lisant ton article, j’ai découvert l’existence d’un mini routeur sans fil. Et je t’avoue que je ne suis pas un pro (du tout) en informatique et tout ce qui s’en rapproche. Tu saurais m’expliquer à quoi ça sert ? 🙂
    Je pense que je prendrai le même opérateur que toi puisque nous envisageons de faire quasiment le même trajet, à 2-3 exceptions près. Le verdict après ton retour, tu en as été contente ? ou il vaut mieux que je me renseigne pour un autre ?
    J’espère que je ne t’embête pas avec toutes mes questions…? :S

    • Cissou dit :

      Hello 🙂

      Au sujet du mini routeur SIM-WiFi : le nôtre est un MiFi mais aujourd’hui il existe pléthore de marques qui vendent ce type de produit. C’est un boîtier pas plus grand qu’un téléphone, dans lequel on insère une carte SIM locale et rechargée en crédit DATA. Le routeur va transformer le réseau (vraisemblablement la 3G) en WiFi personnel (avec un code auquel vous seuls avez accès). Vous pouvez utiliser directement la carte SIM sur votre téléphone ; mais le routeur a l’avantage de permettre à plusieurs personnes de se connecter sur internet avec leur téléphone ou leur tablette simultanément.

      Nota bene: le crédit DATA ne s’épuise pas à la même vitesse selon que vous l’utilisez pour lire vos mails, rechercher sur Google ou mettre des photos ligne. Attention donc au téléchargement des fichiers lourds (photos, vidéos) par mail ou postés sur les réseaux sociaux. Gardez un oeil sur le crédit restant pour le recharger si nécessaire et ne pas vous retrouver en galère.

      Nous sommes très contents du déroulement de notre voyage, à un bémol près : nous aurions adoré faire le trajet Kandy-Haputale en train (classe panoramique), traverser les plantations de thé par la voie ferrée, profiter du panorama sans l’inconfort des routes sinueuses. Mais nous avons découvert le jour-même qu’il aurait fallu réserver nos places 2 semaines plus tôt. À part cette petite déception, c’était vraiment super ! Ce trajet combine histoire, culture, trek, safari et body board ; villes, plaines, montagnes et plage. Très complet !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *